#
##MD#Dans le cadre d’un procès intenté par une petite entreprise, l’avocat qui représente le propriétaire de la petite entreprise doit souvent rechercher la bonne option de financement des litiges par des tiers.##/MD##
 

Au cours de la vie de votre petite entreprise, il y a toujours une chance que des litiges juridiques se produisent. Lorsque vous avez été frappé par un procès, vous devez répondre en temps opportun. Malheureusement, les litiges sont coûteux – et peu de propriétaires de petites entreprises veulent ou ont les fonds nécessaires pour payer les coûts. Le financement des litiges par des tiers apparaît souvent comme une solution. L’avocat représentant le propriétaire de la petite entreprise devra rechercher le bon tiers financeur. Cet article explorera les facteurs de considération du point de vue d’un avocat.

 

Introduction au financement des litiges par des tiers

Bien, brièvement défini comme le’ financement d’un litige par une ou plusieurs personnes indépendantes non parties au litige, en échange d’une part des gains en cas de succès’, le financement des litiges par des tiers a connu une croissance rapide au cours des cinq dernières années. Alors quelques conseils pour les avocats qui envisagent le financement par des tiers :

 

Pourquoi ont-ils besoin du financement par des tiers ?

La meilleure réponse ici est que leurs clients en ont besoin. Sans le tiers-financement, de nombreux plaideurs potentiels devraient tout simplement abandonner tout espoir de poursuivre leur demande de justice. Ayant à cœur l’intérêt de ses clients, l’avocat doit alors faire tout son possible pour obtenir le meilleur financement possible. Au départ, ils doivent expliquer à leur client les avantages et les inconvénients du financement : si l’affaire perd, le client n’aura encouru aucun frais, mais si elle gagne, une partie du succès doit être cédée au financeur.

 

Quel est, selon eux, le résultat du financement par des tiers ?

La réponse, là encore, dépend du client. Ils doivent obtenir le meilleur accord possible pour leur client. Cela conduit à la question cruciale.

 

Comment choisissent-ils le meilleur bailleur de fonds tiers ?

Peut-être devraient-ils commencer par imaginer le pire des scénarios : un bailleur de fonds qui manque d’argent à mi-chemin de l’affaire et se retire du marché, accompagné de relations acrimonieuses avec le bailleur de fonds et le client mécontent.

Donc, tout d’abord, les avocats devraient établir de bonnes relations avec les bailleurs de fonds, basées sur la confiance et une communication honnête. La négociation et la sécurisation de l’accord de financement est le point de départ clé, donc ici ils doivent rechercher des financeurs qui peuvent prendre des décisions rapides et qui ont réellement les fonds et un accès facile à ceux-ci. Ils doivent faire des recherches sur les financeurs, car certains sont des courtiers, eux-mêmes à la recherche d’une commission sur l’introduction de cas auprès des financeurs , et donc mieux vaut les éviter.

 

Pour permettre aux financeurs de prendre des décisions rapides, ils doivent également s’assurer que leur cas est approprié pour le financement. La plupart des affaires financées concernent des litiges commerciaux, des négligences professionnelles, des ruptures de contrat et des affaires d’arbitrage. Le coût de la demande doit également être suffisamment élevé pour supporter le ratio quantum/coûts nécessaire. En outre, le défendeur doit être capable de faire face aux dommages, ou être assuré de le faire. Étant donné que les bailleurs de fonds ne financent les affaires qu’après avoir effectué un contrôle préalable minutieux, l’avocat peut aider en faisant une grande partie de ce travail avant de demander un financement. Cela permettra de gagner du temps, d’aider les financeurs à prendre une décision et d’établir une relation transparente et ouverte avec le financeur.

 

Ayant obtenu le financement, l’avoué doit se satisfaire autant que possible de la clarté de l’accord de financement ; il doit être écrit et être aussi exact que possible sur les pourcentages à payer et si l’accord est un accord d’honoraires conditionnels. L’avocat avisé doit se tenir au courant de ces changements. Ceci nous amène à un autre facteur de l’accord de financement. Il devrait idéalement permettre une certaine flexibilité et cela revient à avoir une bonne relation et une communication ouverte avec les bailleurs de fonds.

Les bailleurs de fonds récalcitrants sont peu susceptibles d’être membres de l’Association ; son code de conduite couvre des normes éthiques et pratiques qui devraient donner confiance aux avocats s’ils choisissent uniquement des bailleurs de fonds qui sont membres. Les exigences en matière d’adéquation des fonds propres sont strictes et les règles relatives aux accords écrits constituent la référence de ce que les avoués devraient rechercher.