#MD##Les entreprises font généralement appel à des avocats spécialisés dans le domaine de l’emploi pour les aider à mettre fin aux contrats des employés, qui peuvent être un champ de mines notoirement délicat à négocier.##/MD##
 

L’absentéisme de longue durée, qui se traduit généralement par un arrêt de travail de plus de 4 semaines, a été placé sous le feu des projecteurs depuis l’arrivée au pouvoir de la Coalition. Le ministère du Travail et des Retraites a été chargé de réduire le fardeau que représentent pour les finances de l’État les personnes qui n’ont pas d’emploi (faites votre dpae en ligne ) parce qu’elles sont malades ou handicapées et celles qui ont un emploi mais restent indéfiniment en arrêt de travail.

Le ministère a maintenant décidé de mettre en place un service de santé et de travail qui s’occupera principalement de ce dernier groupe en aidant les employeurs à identifier les problèmes éventuels qui empêchent le retour au travail et les mesures qui pourraient être prises pour les aider à reprendre le travail.

 

Cela devrait s’avérer une aubaine pour les entreprises, en particulier les plus petites, qui doivent souvent employer des avocats spécialisés en droit du travail pour aider à mettre fin aux contrats des employés qui peuvent être un champ de mines notoirement délicat à négocier. Il est prévu qu’une moyenne d’environ un demi-million d’employés seront orientés vers le service chaque année.

 

Comment fonctionne ce nouveau programme

Ce processus tel qu’il est actuellement envisagé commencera par orienter les employés vers leur médecin généraliste et/ou un expert en santé au travail qui effectuera une consultation avec chaque employé dans le but d’isoler ce que les employés peuvent et ne peuvent pas faire, puis de suggérer des moyens par lesquels les employeurs pourraient être en mesure de les aider à retourner sur le lieu de travail.

 

À l’heure actuelle, le personnel qui est soumis à une maladie de longue durée reçoit soit une indemnité de maladie légale, soit une indemnité de maladie d’entreprise qui comprend un élément d’indemnité de maladie légale. Tout employeur qui verse plus d’un certain pourcentage de l’indemnité de maladie légale au cours d’un mois donné peut en récupérer une partie auprès du gouvernement par le biais du système de seuil de pourcentage, mais celui-ci sera supprimé. La pensée derrière cela est que les deux mesures encourageront les employeurs à traiter les absences pour maladie de longue durée plus rapidement et plus efficacement et à économiser à tout le monde de l’argent qui peut actuellement être dépensé inutilement.

 

Le nouveau système sera conçu spécifiquement pour que les gens reprennent le travail dès qu’ils en sont physiquement capables et, dans cette optique, les évaluations peuvent désormais inclure la création d’un plan écrit pour permettre à l’employé de reprendre le travail et des conseils à l’employeur pour savoir si des soins médicaux continus sont nécessaires et si l’employé pourrait être aidé par des arrangements de travail alternatifs tels qu’une réduction des heures ou un programme de travail à domicile.

Dans le cadre de ce dispositif, le consentement de l’employé pour se soumettre à toute évaluation sera toujours requis et il aura toujours le droit de refuser soit de rencontrer le médecin du travail, soit de se conformer à tout plan de développement ou conseil qui pourrait être fourni, de sorte qu’il ne semble pas que les avocats du travail vont être licenciés de sitôt.