En début de semaine, FCKH8 a publié une vidéo intitulée F-Bombs for Feminism : Potty-Mouthed Princesses Use Bad Word for Good Cause qui est rapidement devenue virale, et a été partagée des centaines de milliers de fois rien que sur Facebook. Ce n’est pas surprenant – il s’agit d’une vidéo conçue pour toucher le point sensible du marketing où les gens sont à la fois indignés, ravis et ne savent tout simplement pas quoi penser. Je serais prêt à parier que cette vidéo a eu presque autant de partages de haine et de partages « est-ce offensant ? » que de personnes l’ayant postée parce qu’elles la trouvent géniale.

 

La vidéo de FCKH8 est soigneusement calculée pour plaire à un certain type de jeunes féministes branchées (tout en étant conçue pour provoquer l’offense et l’indignation des conservateurs de droite). On y voit d’abord une bande de petites filles adorables portant des costumes de princesse et prenant des poses stéréotypées et mimant « joli » devant la caméra. Puis il y a une rayure de disque, et soudain les filles lancent des jurons à gauche, à droite et au centre : « What the fuck ? Je ne suis pas une putain de jolie princesse sans défense en détresse. Je suis plutôt puissante et prête à réussir. Alors qu’est-ce qui est le plus offensant ? Une petite fille qui dit ‘fuck’, ou la façon putain d’inégalité et de sexisme dont la société traite les filles et les femmes ? »

Dans la vidéo, on voit ensuite les gentilles petites princesses s’attaquer à un tas de problèmes féministes, à savoir l’écart de rémunération, la violence contre les femmes et les agressions sexuelles – tout en jurant à tue-tête, bien sûr. Ce que FCKH8 veut vous faire comprendre, c’est que la société se sent plus mal à l’aise lorsque de jolies petites filles disent le mot « fuck » que lorsqu’il s’agit des problèmes très réels auxquels les femmes sont confrontées au quotidien. Au lieu de cela, ce que je vois, c’est une vidéo qui s’appuie sur la valeur de choc de filles en costumes de princesse qui jurent et parlent de viol afin d’augmenter sa partageabilité.

 

D’abord, mettons une chose au clair : cette vidéo n’est pas une sorte de PSA, c’est une publicité. FCKH8 est une entreprise de t-shirts à but lucratif – l’accent est mis sur le profit – qui a mis en place une publicité de deux minutes et 35 secondes pour des t-shirts, une exploitation et une manipulation. Et bien que FCKH8 affirme que tout cela est  » pour une bonne cause  » (ils ont promis de donner 5 € de chaque vente de t-shirt à des organisations non encore divulguées), la seule cause qui est promue par cette vidéo est leur compte en banque.

 

Il n’y a rien de féministe à utiliser des petites filles comme accessoires pour vendre des t-shirts – en fait, je dirais que c’est le contraire du féminisme. Il n’y a rien de féministe dans le fait d’exploiter une bande de petites filles en les faisant jurer et parler de statistiques sur le viol juste pour que FCKH8 puisse se faire de l’argent rapidement. Il n’y a rien de féministe dans le fait de créer une association entre les petites filles mal embouchées et la justice sociale – et ce n’est pas une attaque contre les mal embouchées, parce que j’adore les jurons. Mais plutôt une déclaration sur le fait que cette vidéo joue dans beaucoup de stéréotypes négatifs que les gens ont déjà sur le féminisme.

 

Pour couronner le tout, il n’y a pour sûr rien de féministe à ce que des fillettes d’à peine six ans discutent de viol et d’agression sexuelle ; j’ose espérer qu’à cet âge, la plupart des enfants n’ont même jamais entendu le mot viol, et encore moins dû réciter des faits à ce sujet devant un public de milliers, voire de millions de personnes. Je me sens mal à l’aise à l’idée que l’on enseigne à ces enfants des sujets comme le viol juste pour qu’un fabricant de t-shirts puisse faire une publicité provocante. Le moment qui franchit tout particulièrement la ligne entre « c’est problématique » et « j’ai envie de renverser une table » est le moment où les cinq petites filles débitent la statistique selon laquelle une femme sur cinq sera violée au cours de sa vie, puis demandent laquelle d’entre elles ce sera. Le fait qu’une petite fille exige de savoir si elle sera violée juste pour que vous puissiez vendre quelques t-shirts dépasse tellement le domaine de ce qui devrait être acceptable que je n’ai pas de mots pour le dire.

Ce n’est pas comme ça que nous protégeons nos enfants. Ce n’est pas comme ça que nous donnons du pouvoir aux filles.

Forcer une enfant à demander à un public d’adultes si elle deviendra un jour une statistique de viol pour que votre entreprise puisse se remplir les poches d’argent n’est définitivement pas la façon de pratiquer la justice sociale.

 

Ce n’est pas non plus la première fois que FCKH8 fait ce genre de choses : Ils ont récemment été sous le feu des critiques après avoir exploité les événements de Ferguson afin de vendre du « matériel antiraciste. » Comme pour la vidéo de la princesse à la bombe fatale, la vidéo de Ferguson met en scène une bande d’enfants qui énoncent des faits sur le racisme avant de promettre de reverser une partie de la vente de chaque t-shirt à une œuvre de charité non spécifiée. C’est leur modèle économique, apparemment : prendre quelque chose qui intéresse profondément les gens, le transformer en marchandise, et ensuite faire de l’argent. En tant que stratégie, c’est rusé et intelligent comme l’enfer. C’est aussi assez contraire à l’éthique.

 

Le féminisme n’est pas une marchandise qui peut être achetée et vendue. Les statistiques sur les viols ne doivent pas être utilisées comme une tactique de vente. Les enfants n’existent pas pour être utilisés comme provocateurs dans des campagnes publicitaires manipulatrices pour des vêtements.

Il serait vraiment génial que FCKH8 réalise que le fait d’utiliser des petites filles comme accessoires de valeur choc dans leur publicité pour des t-shirts n’est pas féministe dans tous les sens du terme. Aucun petit enfant ne devrait avoir à se demander à haute voix s’il sera ou non violé un jour, et surtout pas juste pour qu’un adulte puisse faire de l’argent.