Suivez-nous

La retraite des travailleurs indépendants

Les salariés du secteur privé comme ceux du secteur public épargnent par le biais des cotisations pour pouvoir bénéficier du versement d’un capital lors du départ à la retraite, en fin de carrière. Le régime de la retraite de ces salariés obéit à des règlementations spécifiques. Les travailleurs indépendants ont également droit à une retraite, prise en charge par le Régime général de la Sécurité sociale. Un travailleur freelance peut en effet cotiser pour percevoir une pension vieillesse. Voici les informations nécessaires à connaitre pour bien se préparer.

 

Le PER

 

Le PER, un plan de retraite pour un travailleur indépendant

Le PER est un plan d’épargne retraite destiné aux salariés comme aux travailleurs freelances. Instauré par la loi PACTE en 2019, ce produit d’épargne à long terme permet de profiter d’un capital retraite ou d’une rente. On distingue trois types de PER, à savoir :

  • le PER individuel ; 
  • le PER d’entreprise collectif, destiné aux salariés du secteur privé ; 
  • le PER d’entreprise obligatoire. 

Concernant le statut particulier du travailleur indépendant, le PER individuel constitue une solution de retraite idéale. Comment fonctionne-t-il ? comment se calcule la retraite pour un travailleur indépendant ? Voici les réponses à ces questions.

 

Principes du PER

Si l’on souhaite réunir un capital retraite conséquent, il est recommandé d’ouvrir un plan épargne le plus tôt possible. Le travailleur indépendant peut donc y recourir à n’importe quel moment et en avoir plusieurs. Les versements qu’il effectue sont libres et sont réalisés de manière régulière ou à un son rythme. Le PER consiste en la constitution des droits (la phase d’épargne) et la liquidation des droits (en rente ou en capital) après la retraite (fixée à 62 ans pour les travailleurs indépendants) ou de manière anticipée (sous conditions). Il possède plusieurs atouts pour l’épargnant : 

  • une économie d’impôts, dans la limite de 10 %  du revenu net imposable ; 
  •  c’est une option flexible en ce qui concerne les conditions de sortie, qu’il s’agisse de la rente ou du capital. Il est possible de le débloquer de manière anticipée sous conditions de raisons valables.

 

Comment calculer sa retraite pour un travailleur indépendant ?

 

Les cotisations de retraite pour un travailleur indépendant

Le montant des cotisations de retraite dépend de son niveau d’activité ou encore de ses revenus : 

  • les assimilés salariés doivent s’acquitter d’une cotisation proportionnelle au revenu qu’ils génèrent. Le revenu annuel moyen est multiplié au taux de retraite puis le résultat au nombre de trimestres d’assurance validés. Il y a toutefois un montant minimal et les cotisations sont calculées sur une base forfaitaire lorsque ce revenu est inconnu ; 
  • les professions libérales sont soumises au régime de retraite à point. La valeur du point équivaut à 0,5690 € ;
  • les industriels, les commerçants et les artisans paient des cotisations dont le montant équivaut aux cotisations salariales et patronales, à hauteur de 17,75 % (limite du Pass) et de 0,60 % (sur l’ensemble du revenu) ; 
  • les exploitants agricoles paient des cotisations pour une retraite forfaitaire et une retraite proportionnelle (système de retraite par points). Le nombre de trimestres d’activité est multiplié à la retraite forfaitaire intégrale ou à la durée d’assurance requise.

 

Auprès de quelle caisse s’adresser ? 

Les modalités de cotisations pour la retraite varient selon son statut. Il en va de même pour la caisse de laquelle le travailleur relève. Par exemple, un dirigeant salarié-assimilé relève de la Caisse Nationale d’Assurance Vieillesse pour la retraite de base. Les professions libérales relèvent, quant à elles, de la Caisse Nationale de l’Assurance vieillesse des Professions libérales (Cnavpl) pour la retraite de base et de la Caisse interprofessionnelle de prévoyance et d’assurance vieillesse des professions libérales (Cipav) pour la retraite complémentaire. Les travailleurs indépendants qui sont dans l’exploitation agricole dépendent de la Mutualité Sociale Agricole.