La violence entre partenaires intimes, également connue sous le nom de violence domestique, est une violence physique, une violence sexuelle, une traque ou un préjudice psychologique infligé par un partenaire ou un conjoint actuel ou ancien. Octobre est le mois de la sensibilisation à la violence domestique, et les statistiques restent stupéfiantes. Dix millions de personnes sont physiquement maltraitées par un partenaire intime chaque année ; il y a eu plus de 500 décès liés à la violence domestique par arme à feu cette année ; 20 000 appels sont passés chaque jour aux lignes d’assistance téléphonique pour les cas de violence domestique ; et 20 % des femmes en France ont été violées. Environ une femme sur quatre et un homme sur dix ont été victimes de violence domestique de la part d’un partenaire intime au cours de leur vie et ont signalé au moins un impact de cette violence (comme le fait d’être inquiet pour leur sécurité). Plus de 43 millions de femmes et environ 38 millions d’hommes ont subi une agression psychologique de la part d’un partenaire intime au cours de leur vie.
 
La violence entre partenaires intimes couplée à la pandémie de coronavirus (COVID-19) a donné lieu à une tempête de santé publique parfaite, impactant davantage la vie des victimes dans le monde entier. Les épidémies et autres catastrophes naturelles intensifient la violence domestique pour plusieurs raisons :

  • Les enfermements et les ordres de rester au foyer contribuent à l’isolement social
    • Séparent les victimes de leurs réseaux de soutien
    • Réduit le temps que les victimes ont loin de leurs agresseurs
    • Place les familles en contact étroit pendant de longues périodes
    • Diminue l’accès aux services de garde d’enfants, à la nourriture, l’éducation
    • Augmente les problèmes de santé physique et mentale tels que la dépression, les comportements sexuels à risque et la toxicomanie
  • Les licenciements et la perte de revenus imposent aux familles un stress financier qui peut conduire à la violence

En mars 2020, une association a commencé à recueillir des données pour suivre la façon dont le COVID-19 affecte les victimes et les survivants de la violence domestique. Sur une période de deux mois, cette organisation a connu une augmentation de 9 % du nombre total de contacts reçus et plus de 6 000 contacts ont cité COVID-19 comme amplifiant le problème. Voici quelques exemples de commentaires d’appelants :

  • « Un appelant a dit qu’il ne pouvait pas déposer de papiers pour retirer l’agresseur de son domicile, car les tribunaux sont fermés à cause du COVID-19. »
  • « Un appelant subissait une escalade de la violence. Ils avaient été testés positifs pour le COVID-19, et l’agresseur utilisait l’isolement pour les empêcher de contacter la famille. »
  • « Un interlocuteur a mentionné que l’agresseur utilisait le virus comme tactique de peur pour éloigner la survivante de ses enfants. »

L’organisation discute en outre de la façon dont le COVID-19 a un impact unique sur les survivants de la violence conjugale.

  • Les refuges peuvent cesser d’accueillir des personnes et les survivants peuvent craindre d’y entrer
  • Les restrictions de voyage empêchent un survivant d’échapper à son agresseur
  • Les partenaires abusifs peuvent :
  • retenir des articles nécessaires, tels que du désinfectant pour les mains ou des désinfectants
  • diffuser des informations erronées sur la pandémie pour contrôler ou effrayer les survivants
  • retenir les cartes d’assurance ou menacer d’annuler l’assurance et empêcher la victime de chercher des soins médicaux si elle présente des symptômes

Des chercheurs proposent plusieurs stratégies pour réduire les effets négatifs du COVID-19 sur la violence domestique :

  • Étendre les filets de sécurité sociale
    • Éduquer les voisins, les membres de la communauté et les autres spectateurs à signaler les cas présumés de violence domestique
  • Développer des systèmes de signalement flexibles et réduire les temps d’attente pour le signalement
  • Augmenter la vitesse de réponse
    • Améliorer les systèmes de première réponse liés à la violence grâce à un financement financier, des ressources humaines et de l’application de la loi
    • Intégrer la violence domestique dans les systèmes de réponse aux soins de santé
    • Proposer aux victimes une fenêtre temporelle pendant laquelle elles sont assurées d’être soutenues
  • Offrir un abri et un logement temporaire
  • Encourager les réseaux de soutien social temporaire
  • Intégrer la violence domestique dans la stratégie de préparation à la pandémie
  • Faire porter l’effort sur les populations à haut risque telles que les communautés immigrées, les personnes immunodéprimées, les personnes âgées et les personnes atteintes de maladies chroniques

En tant qu’infirmières, nous sommes souvent les premières à identifier les victimes d’abus lorsqu’elles consultent un médecin. De la naissance à la fin de vie, nous pouvons jouer un rôle essentiel dans l’éducation et la prévention de la violence entre partenaires intimes. Voici plusieurs pratiques que les infirmières peuvent employer et soutenir pour favoriser des relations saines et entraver les abus.

  • Enseigner des compétences relationnelles sûres et saines
    • Programmes d’apprentissage socio-émotionnel pour les jeunes
    • Programmes de relations saines pour les couples
  • Mobiliser des adultes et des pairs influents
    • Recruter des hommes et des garçons comme alliés dans la prévention
    • Habilitation et éducation des témoins
    • Programmes familiaux.programmes familiaux
  • Détruire les voies de développement vers la violence conjugale
    • Visites à domicile pour la petite enfance
    • Enrichissement préscolaire avec engagement familial
    • Programmes de compétences parentales et de relations familiales
    • Traitement des enfants, à risque
  • Soutien aux survivants pour accroître la sécurité
    • Prestation de services centrés sur les victimes
    • Programmes de logement
    • Protections juridiques civiles et de premier intervenant
    • Approches centrées sur le patient
    • Traitement et soutien des survivants, y compris la violence dans les fréquentations chez les adolescents