Saisie de faux-parfums “Sex and the City” par les douanes américaines

Sommaires

Il y a 20 ans ce jour-là, une petite série ancienne appelée « Sex and the City » a été lancée sur HBO. La série télévisée, créée par Darren Star et basée sur le livre de Candace Bushnell paru en 1997, mettait en vedette Sarah Jessica Parker (dans le rôle de Carrie Bradshaw), Kim Cattrall (dans le rôle de Samantha Jones), Kristin Davis (dans le rôle de Charlotte York) et Cynthia Nixon (dans le rôle de Miranda Hobbes), et mettait en scène quatre femmes vivant et travaillant à New York. La série, elle-même, s’est solidement ancrée dans le zeitgeist culturel de la fin des années 90, et sera diffusée pendant six saisons, suivies d’une syndication toujours en ondes à travers le monde.

Le succès de Sex and the City… et de son parfum

La portée de Sex and the City s’est étendue bien au-delà des foyers des téléspectateurs jusqu’au système juridique américain. Le système juridique américain, qui a été inondé de plaintes relatives aux droits d’auteur pour des téléchargements non autorisés, et de dépôts de marques de commerce semblables à ceux de Sex and the City au plus fort de la popularité de l’émission de la part d’entreprises (non autorisées) visant à miser sur son attrait.

Même au-delà cependant, l’impact de Sex and the City s’est fait sentir aux frontières des États-Unis, jusqu’à sept ans après que HBO ait cessé de diffuser de nouveaux épisodes de l’émission. Dans un rapport annuel publié début 2012, le service américain des douanes et de la protection des frontières (« CBP ») a révélé qu’il avait saisi près de 51 millions de dollars de parfums contrefaits au cours de l’année fiscale 2011. Le faux parfum intercepté le plus fréquemment – près de 90 % de toutes les saisies de parfums en 2011 – n’était pas Chanel n° 5 ou Opium d’YSL ou Eternity de Calvin Klein, certains des noms les plus célèbres du monde des parfums.

Non, il s’agissait de parfums ornés des mots « Sex in the City », une marque hautement protégée et un actif extrêmement précieux de HBO, bien entendu.