Avec la pluralité des sites internet d’entreprise à l’heure actuelle, il est important de se distinguer et d’avoir une bonne visibilité. Acheter un nom de domaine est un bon moyen pour y parvenir au moment de créer un site internet. Il ne s’agit ni plus ni moins que de votre adresse web. Mais quelle est sa véritable importance ? Et comment savoir si celui qui correspond à votre marque est disponible ? On vous dit tout.

Qu’est-ce qu’un nom de domaine ?

Un nom de domaine internet est une suite de caractères inscrite sur le champ URL de votre navigateur lorsque vous êtes sur votre site internet. Il se compose de deux parties :

  • Le nom du site
  • Une extension

Il s’agit donc du site web de votre entreprise. Il est unique et exclusif pour la durée de votre abonnement. Pour cette raison, un nom de domaine est réservé à celui qui l’achète en premier. Cet objet de commerce peut être enregistré, renouvelé, revendu, transféré, récupéré et racheté.

On distingue 3 types de noms de domaine :

Les domaines génériques

Dans ce cas, les noms des sites sont suivis par des extensions :

  • .info : pour les services d’infos
  • .com : auparavant pour les entités à but lucratif. Aujourd’hui, elle est ouverte à toutes les marques.
  • .org : pour les entreprises et associations à but non lucratif
  • .net : pour les réseaux
  • .biz : pour le domaine des affaires.

Les domaines géographiques

Les noms des sites sont suivis des extensions qui indiquent le pays où ils sont administrés :

  • .fr : pour les sites français
  • .ca : pour les sites canadiens

Les domaines commandités

Ils sont uniquement dédiés au secteur d’activités de l’organisation qui les détient :

  • .gov : pour les organismes du gouvernement
  • .edu : pour les entités éducatives

Qui est propriétaire et comment savoir si le nom de domaine est disponible ?

Il ne suffit pas de réserver un nom de domaine pour qu’il vous soit automatiquement attribué. En effet, il est important de s’assurer en amont qu’il est disponible. Pour le savoir, il est possible de se référer au Whois ou « qui est-ce ». C’est la carte d’identité d’un nom de domaine qui est établie au moment de son enregistrement auprès d’un bureau dédié.

Sinon, il existe aussi différents sites et outils permettant de vérifier la disponibilité du nom de domaine et ses extensions. Pour un nom de domaine libre, il convient d’en choisir l’extension. D’ailleurs, pour la sécurité de votre site, pensez à réserver toutes les extensions pouvant vous être utiles sur le long terme. Il vous suffira ensuite de choisir un nom de domaine principal.

épuisé

Combien coûte un nom de domaine ?

Le processus d’attribution des noms de domaines est géré par les registrars. Ce sont des sociétés privées contrôlées par l’Internet Corporation for Assigned Names and Numbers ou ICAAN. Parmi les principaux registrars français, on peut citer :

  • OVH
  • Amen
  • Gandi

Du côté des registrars étrangers, vous avez le choix entre :

  • Go Daddy
  • 1&1
  • Open SRS

Il faut noter qu’il est possible de réserver un nouveau nom de domaine gratuit. Pour cela, il faut recourir à un website builder. L’abonnement à un logiciel de création de site web intègre en effet un nom de domaine. Cela vous permettra d’économiser. De plus, les website builders peuvent vous guider pour la réservation et la maintenance de vos noms de domaine web.

Sinon, pour les noms de domaines payants, comptez entre 10 à 15€ par an pour l’abonnement. Le coût varie en fonction de l’extension et des options choisies. Il est préférable de réserver pour plusieurs années, étant donné que les tarifs sont dégressifs, selon qu’une marque choisit un abonnement pour un, deux ou trois ans. Sachez qu’il est également possible de choisir ses propres extensions de noms de domaine.

extension nom de domaine

Quelle est la valeur juridique d’un nom de domaine ?

La nature juridique des noms de domaines internet a toujours soulevé de nombreuses questions, étant donné qu’ils reposent sur le principe du « premier arrivé, seul servi ». Seul, parce que, comme évoqué plus haut, ils sont uniques et attribués à ceux qui les réservent en premier. De ce fait, des conflits ont toujours existé entre les réservataires et les détenteurs de droit de propriété intellectuelle.

Toutefois, si la valorisation patrimoniale ne concernait autrefois que les marques et les brevets, elle s’étend aussi actuellement aux noms de domaine internet. Cette valeur est protégée en cas de fraude ou de contrefaçon, comme l’a souligné la Cour d’appel de Paris. Sinon, une protection contre la concurrence déloyale a également été établie par le biais de l’arrêt du 2 février 2016.