Suivez-nous

Une erreur judiciaire : Le plaidoyer de Tony DeDolph et l’élusion de la responsabilité

Le 23 janvier 2021, le premier maître Tony DeDolph de l’U.S. Navy Sea, Air, and Land (SEAL) a été condamné à dix ans de prison pour l’homicide involontaire du sergent-chef Logan Melgar des bérets verts de l’armée américaine. DeDolph a « plaidé coupable de conspiration en vue de commettre une agression, un homicide involontaire, un bizutage et une obstruction à la justice », tout en renonçant à son solde, en étant rétrogradé au rang de E-1 et en étant renvoyé aux oubliettes. 

Bien que l’incident ait été plutôt bien rapporté par les médias, il n’y a pas eu de tollé et, en dehors des cercles militaires, l’incident reste largement inconnu et plutôt oublié. Cependant, l’événement a mis en évidence les immenses problèmes au sein de la communauté SEAL et les obstacles que la condamnation pour homicide involontaire de DeDolph pose pour une réforme légitime des éléments de guerre spéciale de l’U.S. Navy.

 

En juin 2017, à la suite d’une série d’incidents impliquant l’alcool et un comportement de « frat », deux U.Navy SEALS, le quartier-maître de 1re classe Anthony DeDolph et le premier maître Adam Matthews, et deux opérateurs des opérations spéciales du corps des Marines (MARSOC), le sergent artilleur Mario Madera-Rodriguez et le sergent-chef Kevin Maxwell, ont vicieusement assassiné le sergent-chef Logan Melgar, un béret vert de l’armée américaine, lors d’un bizutage. Le bizutage incluait de pénétrer dans la chambre de Melgar avec une masse, de le plaquer au sol et de le rendre inconscient, avant de l’attacher et d’engager un garde malien local pour qu’il s’allonge à côté de Melgar tandis qu’un Britannique enregistrerait l’action. L’enquête qui a suivi a révélé que les soldats ont répétitivement couvert leurs actions, fait des déclarations contradictoires aux enquêteurs et menti sur la consommation d’alcool de Melgar avant l’incident, ce qui a finalement donné lieu à des accusations de meurtre grave et d’obstruction à la justice, entre autres, en novembre 2018. Malgré l’enquête en cours, DeDolph a été promu de quartier-maître de 1re classe à premier maître seulement deux mois après la mort de Melgar.

 

En fin de compte, les membres du service ont commencé à plaider leur cause, Matthews plaidant « coupable des accusations selon lesquelles il a conspiré pour commettre une agression et des coups et blessures, une entrée illégale et a fait obstruction à la justice en mentant aux enquêteurs sur les personnes impliquées dans la mort de Melgar » et a été condamné à un an d’enfermement en cellule, rétrogradé au rang de quartier-maître de 2e classe, Maxwell a plaidé coupable en juin de la même année aux accusations d’homicide par négligence, de conspiration en vue de commettre des voies de fait, de bizutage, d’entrave à la justice et de fausses déclarations officielles aux enquêteurs. Il a été condamné à une peine d’emprisonnement de quatre ans, à une rétrogradation au grade de E-1 et à une décharge pour mauvaise conduite. Enfin, DeDolph a plaidé coupable d’accusations similaires, notamment d’homicide involontaire, en janvier 2021, étant condamné à vingt ans de prison tandis que Madera-Rodriguez attend toujours une date de procès. Pratiquement tous les soldats, dans leurs plaidoyers ou à travers les déclarations de leurs avocats, ont déclaré qu’ils n’ont jamais eu l’intention de faire du mal à Melgar. 

Avec l’affaire Melgar, les soldats ont été accusés de crime de meurtre, parmi un assortiment d’autres crimes. Dans l’UCMJ, le felony murder est considéré comme rempli avec trois critères, ceux-ci étant

 

« un dessein prémédité de tuer… a l’intention de tuer ou d’infliger de grands dommages corporels (voir notre article sur la nomenclature Dintilhac ) … [et] se livre à un acte qui est intrinsèquement dangereux pour autrui et témoigne d’un mépris délibéré de la vie humaine ; ou se livre à la perpétration ou à la tentative de perpétration d’un cambriolage, d’un viol, d’un viol d’enfant, d’une agression sexuelle, d’une agression sexuelle sur un enfant, d’un contact sexuel aggravé, d’un abus sexuel sur un enfant, d’un vol qualifié ou d’un incendie criminel aggravé ».

 

Il y avait une préméditation claire de l’événement (la planification du bizutage au restaurant, la réunion du ruban adhésif et de la masse, l’acquisition des conspirateurs maliens et britanniques) et l’acte était dangereux et démontrait un mépris de la vie humaine (retenir physiquement un autre soldat par l’usage de la force et s’arranger pour qu’il soit photographié avec un homme partiellement vêtu alors qu’il était inconscient). Le point le plus difficile à prouver pour l’accusation serait « l’intention de tuer ou d’infliger des lésions corporelles graves ». Je soutiens que cela aurait pu être accompli si l’accusation avait été plus intransigeante dans son désir d’organiser des procès pour les soldats responsables et avait cherché à obtenir des charges élevées pour tous ceux qui étaient impliqués. Si cette tactique avait été adoptée, peut-être qu’un des soldats serait devenu plus ouvert à témoigner contre les autres et aurait fourni de nouvelles informations ou témoignages qui auraient indiqué une intention de la part de certains ou de tous d’infliger délibérément des blessures à Melgar.