Dix points saillants du rapport d’enquête 2012 sur les technologies juridiques.

 

Cat : actualites-juridiques

 

Petite entreprise : Mesures de test de cybersécurité

 

La technologie est le moteur qui permet au cabinet d’avocats moderne de fonctionner. Appliquée avec soin, la technologie peut permettre à un cabinet de fonctionner de manière plus efficace et efficiente, permettant ainsi au talent et à l’expertise juridique des avocats du cabinet de briller. Sur un marché concurrentiel, cependant, une technologie mal mise en œuvre ou absente peut paralyser un cabinet.

Le défi de la technologie consiste à trouver le bon équilibre entre coût, utilité et innovation. Les cabinets qui investissent dans le dernier cri sont souvent déçus par le retour sur investissement, tandis que les cabinets qui privilégient le coût avant tout peuvent se retrouver à la traîne de leurs concurrents à plus d’un titre.

Depuis plus de 20 ans, le ABA Legal Technology Resource Center recueille des données auprès d’avocats en pratique privée pour aider à fournir aux praticiens des conseils sur les questions technologiques difficiles. Le 2012 ABA Legal Technology Survey Report a été publié récemment, et nous en avons tiré 10 faits et chiffres intéressants à prendre en compte :

 

L’iPhone passe en tête. En ce qui concerne les « trois grandes » plateformes de smartphones – BlackBerry, iPhone et Android – les appareils BlackBerry sont constamment arrivés en tête dans nos enquêtes annuelles. Cependant, l’iPhone a progressé chaque année depuis son lancement, et cette année, il a finalement réussi à percer : 49 % des personnes interrogées ont déclaré utiliser l’iPhone, contre 31 % pour le BlackBerry et 18 % pour Android. Les chiffres sont très différents dans les plus grands cabinets (plus de 500 avocats) : Seulement 39% de ces répondants ont déclaré utiliser l’iPhone contre 57% qui utilisaient le BlackBerry et 6% qui utilisaient Android. 3 %, c’est 3 % de trop. Trois pour cent des personnes interrogées en 2012 ont déclaré ne pas sauvegarder les ordinateurs du cabinet, tandis que 27 % ne savaient pas si leur cabinet faisait des sauvegardes. Pour mettre en contexte le danger de ne pas sauvegarder, 15 % des personnes interrogées ont déclaré que leur entreprise avait subi une catastrophe naturelle ou d’origine humaine, et 40 % ont déclaré avoir subi une panne de disque dur – deux cas où une sauvegarde fiable pourrait devenir essentielle. 

 

Tablette préférée : iPad. L’utilisation des tablettes a augmenté en 2012, 33 % des répondants déclarant globalement utiliser une tablette pour travailler en dehors du bureau. Les avocats des grands cabinets (100 à 499 avocats) étaient les plus susceptibles de déclarer utiliser une tablette, à 40%, tandis que les praticiens solos étaient les moins susceptibles, à 24%. Il serait toutefois plus exact de remplacer le mot « tablette » par « iPad » : 91 % des répondants ont déclaré que leur tablette était alimentée par le système iOS d’Apple. 

 

Déposer un client à l’ère de Twitter. Selon nos répondants, le blogue était l’outil de médias sociaux le plus efficace pour le développement de la clientèle en 2012. Parmi ceux qui ont tenu un blog, 39 % ont déclaré avoir conservé un client directement ou par recommandation grâce à cet outil. Ce chiffre est tombé à 17 % pour les communautés en ligne/sites de réseautage social et à 11 % pour Twitter. 

 

Budgets en hausse ? En 2012, 39% ont déclaré que leur budget technologique avait augmenté, 27% qu’il était resté le même et 8% qu’il avait diminué. Les 26% restants ne savaient pas si le budget de leur cabinet avait changé. Comparez cela avec 2011, où 34% ont déclaré que les budgets ont augmenté, 28% ont déclaré qu’ils sont restés les mêmes, 11% ont déclaré qu’ils ont diminué, et 27% n’étaient pas sûrs qu’il y ait eu un changement. 

 

Les logiciels payants génèrent des résultats plus satisfaisants. En général, les personnes interrogées en 2012 ont déclaré être plus satisfaites des résultats de leurs recherches lorsqu’elles utilisaient des ressources en ligne payantes par rapport aux ressources gratuites. Par exemple, lorsqu’ils ont été interrogés sur la profondeur de la couverture, 13 % étaient très satisfaits des ressources gratuites, tandis que 64 % étaient très satisfaits des ressources payantes. 

 

Le cloud a de la place pour se développer. Malgré le battage médiatique, l’adoption du cloud computing reste assez faible : Seulement 21% des personnes interrogées dans l’ensemble ont déclaré avoir déjà utilisé le cloud. La raison n°1 invoquée par ceux qui n’ont pas encore utilisé le cloud ? Le manque de familiarité avec la technologie (55%). 

 

L’assistance aux litiges se concentre sur les fondamentaux. Il n’est pas surprenant que les fonctionnalités les plus utiles des logiciels d’assistance aux litiges, selon nos répondants, soient les plus basiques : la recherche plein texte (35%), l’examen des documents (27%) et l’estampillage Bates (22%). La moins populaire des options proposées ? Le regroupement conceptuel ou clustering, à 5 %. 

 

Les habitudes de sécurité des courriels s’améliorent ? Alors que les répondants ont continué à déclarer qu’ils s’appuient sur les déclarations de confidentialité pour la sécurité des courriels (75 % dans l’ensemble), le nombre de ceux qui déclarent utiliser le cryptage a fait un bond substantiel, passant de 23 % en 2011 à 33 % en 2012. 

 

Connexion aux clients via des portails sécurisés. Les résultats de 2012 ont vu un nombre croissant de répondants déclarer offrir aux clients un accès à un portail client sécurisé : 25 % contre 20 % en 2011. Les solos et les petits cabinets (de deux à neuf avocats) ont été à l’origine d’une grande partie de cette croissance, passant respectivement de 1 % et 3 % en 2011 à 11 % pour les deux groupes en 2012.