La maltraitance domestique connaît une hausse alarmante dans de nombreux pays du monde, y compris en France, et on l’attribue en grande partie à l’épidémie de Covid-19. Les lignes téléphoniques des associations caritatives et des services d’aide aux victimes de violences domestiques ont augmenté de près de 50 % par rapport à la normale et une augmentation des contacts sur les sites Web a également été observée. En France, pour une période équivalente, les meurtres liés à la violence domestique semblent avoir plus que doublé pendant le verrouillage du coronavirus.

L’association caritative Women’s Aid définit la violence domestique comme : un incident ou une série d’incidents de contrôle, de coercition, de menace, de dégradation et de comportement violent, y compris la violence sexuelle. La majorité des cas sont vécus par des femmes, mais les hommes peuvent et sont également victimes.

La violence domestique peut inclure (mais n’est pas limitée à) :

  • Le contrôle coercitif (intimidation, dégradation, isolement et contrôle avec l’utilisation ou la menace de la violence)
  • La violence physique ou sexuelle
  • La violence psychologique et/ou émotionnelle
  • La violence financière ou économique

Alors, ces chiffres doivent-ils vraiment nous choquer à l’heure actuelle ? Eh bien pas vraiment, les recherches passées montrent à plusieurs reprises que les abus domestiques augmentent lorsque les gens passent plus de temps les uns avec les autres (comme à Noël ou pendant les vacances). Avec plus d’un tiers du monde actuellement en confinement avec des restrictions de mouvement, couplé avec l’incertitude de la situation, des niveaux élevés de stress et d’anxiété, la surpopulation et les pressions sur les finances, il n’est pas surprenant que ces facteurs contribuent tous à des niveaux plus élevés de violence physique et psychologique dans la maison.

 

Mais pourquoi la pandémie de COVID-19 rend les conditions de violence domestique tellement pire ? Eh bien tout d’abord, les pressions générales de la crise peuvent provoquer plus de frustration et de colère chez les auteurs de violences, qu’ils peuvent reporter sur leurs partenaires. Deuxièmement, une personne qui craint de devenir une victime est incapable de s’éloigner de ceux qui la menacent et peut subir une coercition et un contrôle plus étroits que dans des circonstances plus normales. Enfin, pour ceux qui se retrouvent victimes d’abus, il est plus difficile d’obtenir de l’aide et du soutien de la part de leurs amis et de leur famille, ou d’accéder aux services locaux.

 

Les gouvernements étaient généralement mal préparés à l’effet que la pandémie et les lockdowns qui ont suivi ont eu sur les abus domestiques, et même si les Nations unies ont appelé les gouvernements à agir rapidement pour protéger les personnes vulnérables aux abus, ils ont tous réagi à des vitesses diverses dans le monde. L’une des plus grandes difficultés a été l’accès aux services de soutien spécialisés, car beaucoup d’entre eux ne fonctionnent pas comme d’habitude pendant le lockdown et ceux qui le font semblent fragiles et submergés par la demande. Les victimes ont donc eu peu de choix quant à l’endroit où se rendre. Les foyers sont soit pleins, soit verrouillés, soit préoccupés par l’admission de nouvelles personnes en raison des risques sanitaires potentiels du COVID-19.

 

Le gouvernement a, au cours des deux dernières semaines, accordé un financement de 2 millions d’euros pour renforcer immédiatement les lignes d’assistance téléphonique pour les violences domestiques et le soutien en ligne, ainsi qu’un financement de 600 000 livres sterling à destination de six organisations caritatives spécialisées dans le soutien aux victimes de violences domestiques et sexuelles. Ils ont également lancé une nouvelle campagne de sensibilisation du public #YouAreNotAlone, soulignant que si quelqu’un est à risque ou subit des violences domestiques, il y a encore de l’aide disponible.