Poursuivant notre série sur les « péchés » des avocats qui peuvent conduire à des réclamations, cet article se concentre sur l’orgueil. Les avocats sont parfois perçus par le public comme étant grandiloquents ou prêts à dire n’importe quoi pour gagner une affaire. Les avocats sont également connus pour régaler leurs confrères du barreau avec leurs « histoires de guerre » sur la plus grande affaire qu’ils ont gagnée, le client le plus difficile qu’ils ont eu ou le meilleur échange qu’ils ont eu avec un juge.  

Quoique ces stéréotypes soient vrais, il n’en reste pas moins que les avocats peuvent ressentir une tension entre leurs obligations de confidentialité et de civilité et leur désir de se vanter ou de promouvoir leur pratique. En effet, afin de gagner de nouveaux clients, les avocats doivent parfois décrire leur expérience pour montrer qu’ils sont bien qualifiés. Cependant, en se vantant de leurs exploits, les avocats courent le risque soit de divulguer indûment des confidences de clients, soit de présenter de manière inexacte des faits ou des analyses à de nouveaux clients potentiels, comme nous le verrons plus loin.

 

L’éthique du marketing

Il est assez courant pour les avocats de se lancer dans le marketing (voir les techniques marketing reposant sur l’utilisation des 7 péchés capitaux ) que ce soit dans des publicités ou même dans le cadre du site bio de leur cabinet. L’auto-promotion, bien qu’elle fasse intrinsèquement partie du marketing dans la pratique du droit, peut entraîner des complications dans les relations avocat-client.

Pour commencer, de nombreux avocats utilisent leur biographie pour parler de leur éminence dans le domaine ou de leur expérience dans un type de droit particulier. Selon la formulation, cela peut présenter un certain risque. La règle modèle de déontologie 7.2(c) stipule que  » [l]’avocat ne doit pas déclarer ou laisser entendre qu’il est certifié en tant que spécialiste dans un domaine particulier du droit, à moins que : (1) l’avocat a été certifié en tant que spécialiste par un organisme qui a été approuvé par une autorité compétente de l’État et (2) le nom de l’organisme certificateur est clairement identifié dans la communication.  » Ainsi, un avocat peut être en violation des règles de déontologie s’il utilise sa bio pour se déclarer expert certifié, en l’absence de ces références.

En outre, la bio web peut créer des risques liés à la confidentialité. De manière générale, il peut être risqué pour un avocat de parler d’une affaire ou d’une représentation – que ce soit à la presse ou sur la bio web – sans l’autorisation du client. La plupart des avocats dans cette situation travailleront avec le client pour déterminer quels documents ou informations peuvent être rendus publics, même dans les situations où la représentation est de notoriété publique.

En l’absence de consentement direct du client, de nombreux avocats aseptiseront le contenu de leur web bio pour décrire l’expérience sans nommer le client. Cependant, décrire une affaire de manière anonyme n’est généralement efficace que si le public ne peut pas facilement déterminer l’affaire à partir des nombreux indices lâchés par un avocat.

 

Parler aux médias d’information

Il arrive que, pour certaines affaires très médiatisées, les journalistes demandent aux avocats connectés , de commenter leur affaire ou les parties impliquées. Dans de telles situations, les avocats peuvent être tentés de se livrer à un léger trash-talking ou de se vanter de leur capacité à  » gagner  » contre l’avocat adverse. Outre les risques liés à la confidentialité ou au fait de paraître anormalement orgueilleux, de telles tactiques pourraient violer les règles de déontologie.

Règle 3.6(a) interdit à un avocat de faire « une déclaration extrajudiciaire dont l’avocat sait ou devrait raisonnablement savoir qu’elle sera diffusée par des moyens de communication publique et qu’elle aura une probabilité substantielle de porter matériellement préjudice à une procédure juridictionnelle dans l’affaire. » 

Cette règle peut être délicate à interpréter en pratique. Même les commentaires de la règle reconnaissent qu' » il est difficile de trouver un équilibre entre la protection du droit à un procès équitable et la sauvegarde du droit à la libre expression.  » Le public peut avoir le droit de savoir, et un client peut avoir le droit de répondre aux préoccupations du public, mais les avocats peuvent avoir des problèmes s’ils vont trop loin. Les avocats peuvent également avoir le droit de « protéger un client de l’effet préjudiciable indu et substantiel d’une publicité récente dont l’avocat ou le client de l’avocat n’est pas à l’origine ». Règle 3.6(c).

Les commentaires de la règle identifient également les circonstances concernant lesquelles les déclarations publiques peuvent être plus susceptibles d’entraîner un préjudice. Il s’agit notamment de commentaires sur le caractère d’une partie au litige, d’une opinion déclarée sur la culpabilité ou l’innocence d’un défendeur, ou de la divulgation d’informations susceptibles d’être inadmissibles en tant que preuves dans un procès.